MINES ParisTech
Accueil Menus
Partager

Économie, management et société

Face à la compétition mondiale, les besoins des entreprises en innovation ne cessent d’augmenter. L'ingénierie de rupture passe par le développement de théories et méthodes de la conception innovante, la mobilisation d'écosystèmes coopératifs associant des entreprises, des usagers et des acteurs publics et la création de nouveaux modèles d’entreprises et de gouvernance publique. L’enjeu, relever les grands défis de notre génération : la diffusion des technologies de l’information, la santé, l’innovation, l’énergie et le développement durable. Dans ce domaine, la recherche de MINES ParisTech concilie excellence académique et pertinence pour les utilisateurs. Elle s’organise autour de l’institut interdisciplinaire de l’innovation (I3), créé en 2012, en partenariat avec Telecom ParisTech. Cette recherche se traduit en outre par le dialogue avec les entreprises, le monde associatif et les pouvoirs publics via des plateformes innovantes de dialogue tel l’Observatoire des Pôles de Compétitivité, l’Observatoire de l’Innovation Responsable et le EU Energy Policy Blog. Plus spécifiquement, la recherche s’articule autour de quatre axes stratégiques.

L’économie industrielle

La démarche du Centre d’économie industrielle (CERNA) privilégie l’analyse de la dynamique des entreprises et des marchés et des effets économiques et concurrentiels des interventions publiques dans des domaines et des pays confrontés à des mutations importantes.

Les problématiques théoriques construites à partir de ces analyses ont permis de renouveler l'approche de questions de stratégie d'entreprise et de politique publique telles que la prise en compte des préoccupations environnementales, la propriété intellectuelle, la mutation énergétique et l'économie numérique.

Les sciences de gestion

Fondé en 1967, le CGS est le laboratoire de recherche et d’enseignement en sciences de gestion de MINES ParisTech. Ses travaux ont contribué à des avancées de la discipline (théorie des outils de gestion, systèmes de production complexes, théorie des apprentissages collectifs, nouveaux modèles de l’action publique, méthodes de la recherche-intervention, etc.) ainsi qu’à l’explicitation de la place des sciences de gestion dans l’ensemble des sciences et dans la culture moderne.

À partir des paradigmes et des méthodes propres aux sciences de gestion, la recherche au CGS s’efforce d’éclairer les grandes transformations contemporaines des entreprises et des organisations. L’hypothèse centrale des sciences de gestion est que les macro phénomènes organisationnels, économiques et sociaux, ne peuvent être compris et infléchis qu’au niveau des instruments de gestion les plus congruents avec l’action collective. Par ailleurs, l’insertion dans une Ecole d’ingénieurs a contribué à maintenir au CGS, la double tradition modélisatrice et organisationnelle des sciences de gestion, ainsi qu’une ouverture transdisciplinaire à d’autres sciences.
 

La sociologie de l'innovation

Fondé sur le pari de la fécondité d'une approche pluridisciplinaire intégrant à l'analyse de la société les objets scientifiques, techniques et culturels, le CSI a construit des outils théoriques et pratiques d'analyse socio-technique qui ont connu une large diffusion. Ils permettent de donner un cadre aux phénomènes de création et de diffusion des innovations dans les domaines les plus variés, qu'il s'agisse de science, de technologie, d'art ou de médias.

Les travaux du CSI, qui ont permis en particulier d'éclairer les problèmes de la programmation et de l'évaluation de la recherche, s'ouvrent à des thèmes liés à des débats publics importants, notamment du fait des problèmes de responsabilité et d'éthique qu'ils posent (biologie, santé, environnement, sécurité, exclusion...).

 

Sciences et génies des activités à risques

Créé en 2008, le Centre de recherche sur les Risques et les Crises (CRC) est un laboratoire interdisciplinaire, qui conduit des recherches à la croisée des sciences humaines et sociales et des sciences pour l'ingénieur. Les travaux, façonnés par la modélisation et l'ingénierie, visent à formaliser et à unifier des savoirs afin de permettre aux individus, aux organisations (et plus particulièrement aux entreprises) et aux territoires de réduire leurs vulnérabilités et d'accroître leurs capacités de résilience face à des événements particulièrement perturbateurs et dommageables (catastrophe technologique majeure, accident du travail, maladie professionnelle, aléa naturel et environnemental, acte de malveillance, terrorisme, risque de projet, risque opérationnel...). A cette fin le CRC mobilise, relie et intègre les disciplines suivantes : droit, ergonomie, géographie, gestion, histoire des sciences et des techniques, psychologie, sciences cognitives, sociologie et sciences pour l'ingénieur...

Contactez-nous Se rendre à MINES ParisTech Annuaire En savoir plus <